8.3 C
New York
Saturday, March 2, 2024

à Rafah, «si on va dans le Sinaï, on ne pourra plus jamais rentrer»

Objectif : Rafah. Le Premier ministre israélien a rejeté mercredi 7 février les conditions du Hamas pour un cessez-le-feu, et a ordonné à l’armée de se préparer pour une offensive tout au sud de Gaza. Problème : près de 1,5 million de déplacés palestiniens se trouvent sur place. Des civils qui ont fui, sur ordre de l’armée israélienne, les bombardements ciblant leurs quartiers dans le nord et dans le centre de l’enclave, ou encore à Khan Younès. Une population totalement démunie, et qui redoute le pire.

Publié le :

2 mn

Témoignage recueilli depuis Jérusalem par notre correspondant, Sami Boukhelifa

« Beaucoup de bombardements à Rafah. » D’intenses bombardements ciblent déjà la ville, alors que l’offensive israélienne n’a pas encore officiellement commencé.

Sur place, c’est l’inquiétude générale. « La menace est prise très au sérieux », confie Asma, une Gazaouie actuellement réfugiée dans la ville, à la frontière de l’Égypte.

On connaît bien les Israéliens. Lorsqu’ils disent qu’ils vont attaquer un endroit, ils le font. Quand ils disent qu’ils vont mener une opération, ils la mènent. On sait bien que Netanyahu veut continuer cette guerre. Il n’est pas intéressé par une trêve ou un cessez-le-feu.

À Rafah, où sont réfugiés des Palestiniens des quatre coins de la bande de Gaza, une crainte est dans tous les esprits : la population redoute d’être poussée vers le désert du Sinaï, dans le pays voisin.

Tout le monde a peur. On en parle entre nous, entre collègues, entre copains, entre amis… À Rafah, plus généralement, la majorité des gens disent qu’ils n’iront pas dans le Sinaï. Les gens préfèrent mourir ici, à Rafah. Ils ont quitté la ville de Gaza, et maintenant ils ne peuvent plus y retourner. Donc, si on va dans le Sinaï, on ne pourra plus jamais entrer de nouveau dans la bande de Gaza.

L’Égypte rejette catégoriquement cette possibilité. Israël, de son côté, dit vouloir « une victoire totale ».

Israël n’a d’autre choix que de traquer les responsables du Hamas à Rafah. Cette opération nécessitera une coordination avec l’Égypte. Car l’Égypte redoute que les Gazaouis traversent sa frontière et trouvent refuge dans le Sinaï. Actuellement, l’Égypte érige des barrières et des murs pour empêcher cela. Mais Israël affirme qu’il y a des tunnels sous le point de passage de Rafah, à la frontière entre Gaza et l’Égypte. Et que les armes qui entrent à Gaza, passent par ces tunnels. Donc la question qui se pose désormais est : quel genre d’opération militaire doit mener Israël à Rafah ? Ce sera une opération très différente de celles déjà menées ailleurs à Gaza. Je pense que l’une des options, c’est que les Gazaouis qui se trouvent à Rafah soient autorisés à retourner dans le centre, voire dans le nord de Gaza.

Eytan Gilboa, professeur à l’université Bar-Ilan de Tel-Aviv

Sami Boukhelifa

« C’est bien la preuve que finalement, ce n’est pas un lieu sûr »

Notre correspondante dans les Territoires palestiniens, Alice Froussard, produit ce jour des témoignages du même acabit, à Rafah également. « C’est bien la preuve que finalement, ce n’est pas un lieu sûr, mais où aller ? », se demandent des habitants joints sur place, face à l’intensification des bombardements d’Israël sur la ville.

Rami, un déplacé de Gaza, précise par téléphone que tout le monde se pose la même question : « Allons-nous devoir traverser la frontière et aller dans le Sinaï ? » À moins qu’il faille se rendre dans le centre de la bande de Gaza, « comme à Deir el-Balah ou Maghazi, et être encore plus entassés que nous le sommes déjà ? », s’interroge Rami.

Un assaut sur Rafah « augmenterait de façon exponentielle ce qui est déjà un cauchemar humanitaire », précise l’ONU. Et c’est le cri d’appel de l’ONG International Rescue Committee, qui ajoute qu’en cas d’attaque, l’aide humanitaire ne pourrait plus entrer, et que « tous ceux qui ne seraient pas tués dans les bombardements finiraient par mourir de faim ».

Lire aussiGaza: à Rafah, «au cœur de l’hiver, sous la pluie, avec des habits d’été et en sandales»

Source link

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
0FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles