5.4 C
New York
Saturday, February 24, 2024

le carnaval haïtien se déroule sur fond de violences

Publié le :

4 mn

En Haïti, les festivités du carnaval ont débuté malgré la situation d’insécurité qui s’aggrave de jour en jour. Ces mardi et mercredi sont déclarés jours fériés sur tout le territoire, écrit Alterpresse. Les festivités carnavalesques ont débuté dimanche au Champ-de-Mars, à Port-au-Prince. Mais d’après Alterpresse, ces défilés « perdent de leur rayonnement, en raison de l’aggravation de la situation sécuritaire et des conditions de vie socio-économiques difficiles de la population haïtienne ». L’agence de presse note une« forte présence policière pour sécuriser le déroulement des festivités alors que les autorités étatiques », poursuit le site d’information, « rechignent à mobiliser cette même force pour combattre les gangs armés dans le pays ».

À écouter aussiCarnaval en Haïti : les festivités ternies par la violence des gangs

Les États-Unis et Haïti discutent de la mise en place de la force internationale

Pour aider la police haïtienne à lutter contre les gangs, le déploiement d’une force internationale de sécurité est prévu. C’est le sujet d’une réunion qui se tient actuellement à Washington. Selon le Nouvelliste, cette réunion de planification a commencé hier lundi elle dure jusqu’à ce mardi. Côté haïtien, la ministre de la Justice et de la Sécurité publique Emmelie Prophète s’est déplacée avec, entre autres, le chef de la police nationale, Frantz Elbé. Des diplomates américains y participent ainsi qu’une délégation kényane. D’après le Nouvelliste, le gouvernement haïtien « insiste pour avoir une date approximative pour le déploiement ». Des représentants d’autres pays participent également aux discussions, le journal cite l’Espagne, l’Italie, le Bénin, le Canada, les Bahamas, le Mexique, ou encore le Brésil, tous des pays qui, soit financent la mission internationale, soit envoient des policiers.

La situation est urgente, car la police haïtienne est totalement livrée à elle-même. C’est ce que souligne le Miami Herald. Selon le journal de Floride, la PNH a perdu plus de 1 600 officiers l’année dernière, c’est un chiffre avancé par les Nations unies. Il reste à présent moins de 9 000 officiers pour une population de près de 12 millions d’habitants. D’après le conseiller en communication de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, John Kirby qui s’est exprimé en début de la réunion de planification, hier, « il est important d’avoir une force de sécurité multinationale pour aider à protéger le peuple haïtien ». Toujours d’après John Kirby, l’objectif des discussions préalables est de « définir les paramètres généraux de ce que pourrait être cette force de sécurité multinationale et de savoir de quelle manière elle pourrait fonctionner ». Le Miami Herald note que beaucoup d’incertitudes demeurent autour du déploiement éventuel de cette force, après la décision de la justice kényane qui avait jugé une telle opération contraire à la Constitution.

À écouter aussiJournal d’Haïti et des Amériques

Le Sénat américain adopte un programme d’aide à l’Ukraine

La décision est tombée ce mardi matin. Un vote important même si la mesure se heurte à une opposition farouche des républicains à la Chambre des représentants, résume le Washington Post. Le programme d’aide prévoit une enveloppe de 60 milliards de dollars pour l’Ukraine ainsi que 14 milliards de dollars pour Israël. Ce qui important à noter, selon New York Times, c’est que « 22 sénateurs républicains ont voté avec la quasi-totalité des démocrates en faveur du projet de loi ». Le reste du parti conservateur, poursuit le journal, est resté fidèle à la ligne imposée par Donald Trump et s’est opposé à financer « la lutte d’un pays étranger pour sa souveraineté sans d’abord prendre des mesures contre l’afflux de migrants aux États-Unis à travers la frontière avec le Mexique ».

À lire aussiÉtats-Unis: le Sénat adopte une aide pour l’Ukraine, bloquée à la Chambre des représentants

Joe Biden peut profiter de la polémique provoquée par les déclarations de Donald Trump sur l’Otan. C’est ce qu’écrit le New York Times en relayant la polémique suscitée par les propos du candidat républicain qui affirmait ce week-end qu’il encourageait une attaque russe contre un allié de l’Otan si ce dernier ne payait pas sa contribution à l’Alliance atlantique. La déclaration étonnante de Donald Trump, écrit le journal, n’a non seulement détourné l’attention des problèmes de mémoire de Joe Biden, mais a également fourni à ses défenseurs une riposte bienvenue : « Ok, le président sortant est peut-être un homme âgé qui oublie parfois des choses, mais son adversaire est à la fois vieillissant et dangereusement imprudent. »

Source link

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
0FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles