5.4 C
New York
Saturday, February 24, 2024

Max-Alain Gradel, l’Éléphant que l’on n’enterre jamais

À 36 ans, Max-Alain Gradel a prouvé qu’il avait encore les armes pour remporter une deuxième CAN. Ce qu’il a fait avec brio. 

Publié le :

2 mn

 

L’envie a effacé le poids des années. Passé de remplaçant à titulaire et capitaine en plein milieu de la CAN, Max-Alain Gradel a inscrit son nom pour la deuxième fois au palmarès du plus grand tournoi continental sur le sol africain. Déjà en 2015, lors de son premier sacre, Max-Alain Gradel avait commencé le tournoi sans être titulaire. L’international ivoirien avait marqué le but de l’égalisation en fin de rencontre lors de la deuxième journée face au Mali, pour ne plus quitter le onze d’Hervé Renard.

Passé par beaucoup de moments incroyables

Pour sa CAN à domicile, Gradel a connu un destin complètement fou, en devenant titulaire en 8es de finale, sous la houlette d’Emerse Faé, après le limogeage de Jean-Louis Gasset. « Cette CAN est particulière, c’est chez nous, et l’engouement ainsi que les scénarios la rendent très spéciale, racontait l’ancien Stéphanois avant d’affronter la RDC en demi-finales. On est passés par beaucoup de moments incroyables. Il y a aussi eu un changement de staff, donc il fallait tout de suite mettre en place les idées que le coach avait. »

Aligné sur le couloir gauche de l’attaque Max-Alain Gradel a tout donné jusqu’au titre. « Deux fois champion d’Afrique, je m’appelle comme ça désormais. C’est important de le souligner », a-t-il lancé après le sacre. Humiliée lors de la phase de poules de sa CAN et passée très proche de l’élimination, la Côte d’Ivoire s’en est remise à l’ancien joueur de Saint-Etienne.

« Max-Alain Gradel, c’est le taulier », a résumé pour l’AFP Patrice Beaumelle, sélectionneur de la Côte d’Ivoire de 2020 à 2022. « Il permet d’équilibrer l’équipe dans un travail collectif, il sait garder le ballon, il est fiable, gros travailleur et toujours en train de penser à l’équipe avant lui », a résumé Beaumelle. Et d’ajouter : « Rendez-vous compte : cela fait 12 ans qu’il est international, il a toujours été au niveau, jamais blessé, fiable, gros travailleur, toujours en train de penser à l’équipe avant lui. »

Max Gradel n’était pas contaminé par le catastrophique premier tour de la Côte d’Ivoire, il n’a commencé son tournoi que pour les sept dernières minutes de l’horrible 4-0 contre la Guinée Équatoriale, quand tout semblait déjà perdu. Mais le nouveau coach Emerse Faé a eu la bonne idée de s’appuyer sur son expérience dès le début des matchs couperets.

► À lire : Côte d’Ivoire, la victoire d’un «groupe» à «l’état d’esprit retrouvé»

Source link

Related Articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Stay Connected

0FansLike
0FollowersFollow
0SubscribersSubscribe
- Advertisement -spot_img

Latest Articles